Krépin Diatta fait les frais des « canneries » sénégalaises

Les Lions du Sénégal ont réussi leur entrée dans la compétition, dimanche 23 juin, en battant la Tanzanie deux buts à zéro. Une victoire en partie due à Krépin Diatta, auteur d’un superbe but, qui a pourtant dû essuyer les critiques sur les réseaux sociaux.

Ce billet a été originellement publié sur ndaokunda.mondoblog.org.

Désigné homme du match, Krépin Diatta a été sans conteste l’attraction de ce Sénégal-Tanzanie. Mais au pays de la Teranga, la beauté de sa frappe de 20 mètres n’a pas beaucoup alimenté les débats d’après match. Sur la toile, c’est l’apparence physique de ce joueur d’à peine 20 ans qui a occupé les discussions.


Teint trop noir, bouche trop grande, l’apparence de Krépin Diatta a été l’objet de moqueries de la part de ses compatriotes. « Demain il partira jouer chez les blancs, ils le traiteront de « boubou » et vous serez les premiers à crier au racisme. Grandissez ! », s’est insurgé un internaute. Son post a été partagé 106 fois et a enregistré plus de 557 commentaires.

Cannerie sur cannerie

Ce n’est pas la première fois que la toile sénégalaise s’enflamme en cette période de compétition. La CAN au Sénégal, ce n’est pas seulement du football. Tout peut être source de polémique pour alimenter les débats dans les grand-places et sur les réseaux sociaux. Jusque-là c’est le classement de l’entraineur Aliou Cissé qui a souvent fait parler, mais aussi l’arbitrage, la VAR* ou encore le manque de réussite de nos attaquants Sadio Mané et Keita Baldé. Cette histoire de garçon moins beau est véritablement une « cannerie » sénégalaise de plus.

Car le Sénégalais aime les bavardages, et à force de parler, on finit par dire des canneries. Surtout, le Sénégalais est spécialiste en tout. En ces temps de Coupe d’Afrique des nations, tout le monde est entraîneur, sélectionneur et joueur à la fois. Chaque match des Lions fournira un prétexte pour alimenter d’interminables discussions, les plus insensées les unes que les autres. Gare à Aliou Cissé et surtout à Sadio Mané, qui sont très attendus. Aucun des deux n’a le droit à l’erreur. Et ce n’est pas leur beauté qui sera remise en question, mais leur patriotisme.

*Assistance vidéo à l’arbitrage

Photo : Krépin Diatta – Crédit : RFI/Pierre-René Worms

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

shares